• What I was gonna say?

    Ha! though a much smaller volume these days:

    Un An.

    Un An qu'il y a ce vide dans mon cœur. Un An qu'il y a cette peine en moi. Un An que je ne cesse de penser à toi.

    Hum... What I was gonna say? (en français: Qu'est-ce que j'étais en train de dire?)

    Oh, Yes. You're gone, darling. The Last day of your beautiful life was  like yestarday for me. (Oh oui, tu es partis, chéri (mon chou, mot à remplacer par un surnom mignon.). Le dernier jour de ta magnifique vie était comme hier pour moi.)

    Je ne pensais pas que ce serait si dur de vivre sans toi, je ne pensais pas que ce serait si dur de vivre avec ça, gravé dans ma mémoire. Marqué au fer rouge dans mon histoire. J'ai une dette, je l'avoue, j'ai une dette imprimée dans ma chair à l'aide de mon sang. Ce même sang qui coule dans leur veines, ce même sang qui était dans Tes veines. Je me rappelle encore, un an après, de la froideur de tes mains qui touchaient les miennes quand tu venais me saluer. Je me rappelle encore le regard que tu me lançais quand j'écrivais quelque chose sur un papier, quelque chose de banal, sans talent, sans rien mais, qui te rendait fier. Ce regard que tu avais doux et chaleureux, ce regard tendre et aimant, ce regard d'amoureux du monde. Ce regard, tes yeux si  particulier, bon sang Tes yeux ! Je n'en avais jamais vu de tel, le meilleur des écrivains rêverait de pouvoir les décrire ! Tu avais des yeux gris, tu avais des yeux verts, tu avais des yeux bleus, tu avais des yeux marron. Tant de fragments de couleurs se mêlaient entre eux dans tes yeux ! Les yeux de la Terre. Les yeux de l'Univers. Les yeux du Rêveur. Plus je pense à toi, plus je souris. Tu m'as tellement apporté. Chaleur, Amour, Joie... Merci pour tout.

    Un An, c'est long tu sais ?

    J'ai vu des larmes sur les joues de tant de personnes en un An. J'ai vu les yeux de celle que tu aimais, se voiler de tristesse quand la nouvelle est tombée. J'ai vu le vide partout. Le néant infini. La tristesse. La rage. La colère. Tu nous avais abandonné. Nous, Tous. Tu m'avais abandonné et tu n'avais pas le droit. Voilà ce que j'ai pensé. J'avais de la colère, de la rage. Tu aurais dû te battre pour nous. Aucun d'eux ne méritaient de pleurer autant qu'ils l'ont fait. Mais je trouve que le pire c'est que je n'ai pas pu te parler. On m'a interdis de te voir, on m'a interdis de te parler, on m'a interdis de dire à tous à quel point tu avais été bon malgré le fait que la dernière blague que tu ais fais fais sois si nulle. De la rage et de la colère. Je n'éprouvais que du vide, de la rage et de la colère. Le vide est encore là tu sais.  Il y sera sûrement toujours. Mais ce que je t'ouvre choquant c'est qu'ils ont tous tords.

    Un An... What I was gonna say?

    Ils ont tous tords d'affirmer que tu es encore là, tu as disparu. Envolé. tu nous as fuit comme la peste, tu as pris la sortie du labyrinthe sans te retourner, sans nous adresser la parole, sans rien. Tu es partis en voleur, tu es partis en vainqueur. Tu es né prisonnier, tu partiras libre de tout.

    En pensant à toi, je me dis que oui tu me manques, oui l'ennui m'assaille beaucoup plus vite qu'avant mais, je me dis que le monde est mieux ainsi. Oui, je ne verrais plus ton sourire, oui je ne verrais plus tes yeux, oui ta voix ne vibrera plus jamais, oui tes mains ne prendront plus les miennes, oui je ne pourrais plus marcher à tes côtés fixant cette montagne humaine que tu es.

    Nostalgie que j'avais surmonté. Tristesse que je voulais effacer de ma vie. Des larmes coulent dans mon coeur, déchire mon âme, brûle mon être de l'intérieur ... mais .... mais .... mais je garde le sourire. Droite. Fière. Puissante. Sûre du chemin que je veux suivre et du destin que je veux tracer. Alors, oui, oui tu es mort mais, je te rejoindrais un jour et oui, à ce moment-là, nous serons à nouveau réuni.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :