•  

    Les pas se rapprochent, lentement. Je les entends. Vont-ils se stopper devant ma porte? Va-t-elle s'ouvrir une nouvelle fois et illuminer mon univers sombre? J'ai du mal à comprendre l'heure qu'il est. Il doit être minuit. Ou peut-être bien midi? Je ne sais plus vraiment, le temps semble éternel ici. Parce que quoi qu'il se passe, qu'importe l'heure. Dans ma tête résonneront toujours les cris et les pleurs d'une vie ancienne. De mes yeux, je verrais toujours l'obscurité de ma cellule. Et j'entendrais toujours les pas des inconnus arpentant le couloir blanc d'à côté. Demain, l'air aura cette même odeur désagréable de produit désinfectant et les chaines liant mes poignets à mon lit seront encore présentes, serrées à m'en briser les os. Simplement parce que les pas qui se rapproche n'existent pas. Et que le ciel est toujours noir même lorsqu'il fait soleil.

    La joie est morte. Vive la joie. 


    votre commentaire
  • Watch It

     

    18/06/2017

     

       Plus le temps passe et plus la présentation de la rubrique devient étrange. Toutefois, vu le temps que je passe par-ici et les heures que vous passez par-là... On s'en moque un peu. Parce que j'ai la tête ailleurs et les humeurs absentes. Parce que votre absence est visible et regard invisible sur moi. Tout est une question de point de vue. Vue voilée mais toujours active. Avez-vous déjà essayé de voir au travers d'un tissus? L'obscurité remplace la couleur et le monde se terni par monochrome touches. Mon univers entier est fait de noir et de blanc, de gris. Par quelques instants, il peut y avoir reflet de lumière mais... rien n'y fait. On aura beau essayer, le pessimisme est en moi comme il l'est en Martin. Qu'un bon Pangloss se montre à moi, j'aimerais converser avec lui avant d'en finir avec lui comme Candide en a fini avec son beau-frère le baron.
        Avec du recul, je me demande réellement pourquoi se blog est toujours là. A quoi il peut bien servir? Personne ne le lit puisque quelqu'un ne le remplit. Le sort marche dans les deux sens. A quoi s'intéresser à inintéressant? Save anything, I fall in down. De la même manière, lorsqu'il sera temps... Lorsqu'il en sera au bon temps, la pluie cessera et l'on pourra enfin sortir dehors sans se mouiller les pieds. Pour l'instant, mon parapluie est de sorti et mon cœur habillé d'un coupe-vent. Il n'y a pas que des nuages dans le ciel. J'y aperçois un peu de ciel - bleu? La couleur apparaît parfois. -, mais pour combien de temps? Les promesses, j'ai cessé d'y croire. On ne peut pas promettre certaines choses. Je ne pourrais pas promettre à ma prof de maths de réussir ses examens. Je ne crains d'être incapable de rester pour toujours aux côtés de certaines personnes... Alors ma mère, ne peut et ne doit pas continuer à me promettre que la météo ne sera plus au mauvais temps. L'univers est immense et, en son sein, je ne suis qu'un point. "Dont la lampe éternel n'est qu'un trait dans l’immensité de l'univers.", "Qu'est-ce que l'homme dans la nature?".

     

    Un point. Incalculable vu la taille de notre univers.

    Une météo. Imprévisible. 


    votre commentaire
  • Le six janvier, deux milles dix-sept. 

    House.

     

    If I can, I'll change so many actions of they.

    Vous voyez la petite fille en larmes, les mains tremblotantes sur ses oreilles et assise dans son coin en attendant la fin de l'orage? Il y a quelques temps, elle ne se serait jamais douté que les sombres nuages à l'horizon allaient devenir si menaçant et si puissant. Alors, maintenant, elle attend dans son trou de souris que la terre cesse de trembler. Que le ciel cesse d'inonder son monde de ses pleurs et qu'un soleil apparaisse dans le coin gauche du paysage. 
    La météo a déjà été violente mais jamais comme aujourd'hui. Alors, elle a peur, la fillette. Elle ne devrait pas car elle est censée être en "sécurité" dans les bras de ses sœurs mais, elle reste terrifiée par l'orage qu'elle n'a jamais aimé.
    Un coup de foudre. 
    C'est ça l'expression en plus. "Avoir le coup de foudre.". La preuve qu'au final, tout a toujours été une vulgaire question de météorologie. Anticyclone de merde. Il ne pouvait pas prévoir le temps, lui? Nous protéger de lui? Je déteste l'orage. J'ai l'impression de me noyer dans la tempête en voulant l'arrêter. De me noyer dans mes propres émotions. 

    La colère. La peur. La tristesse. L'impuissance.

    Elle se noie dans ses larmes quand, eux, rendent les armes.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires