• Lettre d'une belle demoiselle

    Lettre à monsieur Dupré, Paris, 1896.


    Je serai la plus heureuse des demoiselles,

    Mon tendre monsieur,

    Si vous pouviez, simplement me donner votre cœur.

    Je deviendrais, si vous le souhaitez, votre belle hirondelle.

    Voir même votre belle muse,

    Mais, mon tendre bel homme, je ne demande que votre amour,

    Et cela, pour un bon toujours.

    Je vous promets d'user de toute ma ruse.


    Aimez-vous, monsieur,

    Aimez-moi, je le vaux bien.

    Aimez-moi, je ne suis pas une bonne à rien.

    Aimez-nous, monseigneur.

     

    Devrais-je vraiment vous dire, cela ?

    J'en doute,

    Pourtant, je ne veux que la vérité sur notre commune route.

    Même si je sais que je ne devrais pas...


    Je vous aime.

    Votre beauté,

    Votre vivacité,

    Je vous aime.


    Aimons-nous tant que nous le pouvons.

    Le temps ne nous épargnera pas, mon cher.

    Hâtez-vous d'aller voir mon père !

    Marions-nous tant que notre beauté n'est pas celle de souillons.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :