• Éclat de verre

     

    Dans les espoirs et les rêves, tout s’effondre un beau jour. Et quand la peur, l'échec et l'obscurité, nous prend on se laisse sombrer dans le néant en mille et un éclats de verre. Déchiré comme une vulgaire feuille de papier, notre honneur est bafoué et notre gloire abandonnée. Un soupçon de lumière peut, parfois, apparaître en haut, vers la surface mais... il n'est pas toujours là. Alors on coule, toujours plus loin dans les entrailles du désespoir. 

    De ses idées claires, il ne restait que quelques maigres morceaux de cristal. La lumière de sa vie avait disparu et seul le désespoir venait à lui. A mille lieux des océans, un blond fixait le rivage à l'horizon en soupirant. Se balançant de cordage en cordage, il suivait les dauphins, joyeux, qui suivaient le navire. Tel un enfant, il ne se souciait pas du futur au du moins, faisait semblant. La vie n'était plus la même depuis ça. Ce foutu jour de mai où ils étaient allés danser dans le port, boire dans les bars et où ils s'étaient embrassés sur le sable blanc de la plage. Pourquoi étaient-ils partis dans l'eau?

    Fermant ses yeux et laissant le vent caresser son visage, le pirate repensa aux beaux yeux bleus de sa belle sirène. Deux joyaux couleurs de ciel d'île déserte tuant par la colère et glaçant par le mépris. Comme il regrettait ce jour... ou alors, non. Non, il ne regrettait aucun moment qu'il avait pu passer en ses côtés. Certaine la fin avait été la plus triste qu'il n'avait jamais connu mais, le début avait été la renaissance de son être. Elle lui avait souri jusqu'à la fin, jusqu'à ne devienne plus que poussière et éclats de verre. De maigres souvenirs transparents dans le cœur du pirate. Il avait beaucoup aimé cette fille et avait été dévasté par sa mort mais, comme tous les autres, elle était partie. En dansant comme un ange et en chantant comme une sirène.

     

    Combien restaient-ils de morceaux de son cœur qui n'avaient pas encore chutés dans les abysses de sa folie? 

    Une chose est sûre, lorsque le dernier chuterai, le pirate rejoindrai sa belle aux yeux de morts et aux sourires de vies. La Grande Bleue y veillerai, il en était sûr. Alors, combien?

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :