• 25/05/16

    Les digital paintings "girly" de Loish aka Lois van Baarle - Cécile Catillon:

    Le 25 mai, 2016.

    Lieu: Collège.

    Impuissante. 

    La vie, grande et usante 

    Personne me ravage.

    Me forçant à quitter le doux rivage,

    M’entraînant plus loin dans ses flots.

    Impuissante, je tombe.

    En dernière pensée, ses yeux couleurs eau

    qui me guide, par coup d'onde. 

    Je voudrais remonter, avancer

    Mais le poids de la vie me retient

    Prisonnière, dans un enfer camouflé.

    Sous l'eau, je ne vois plus mon chemin.

    Dans quel direction aller?

    Ses yeux gris m'empêche de clairement y penser. 

     

    Demain, dès l'aube je viendrais te parler.

    Demain, dès l'aube je voguerais

    Sur les flots de la vie,

    Écartant les branchages pourris.

    Impuissante, je ne serais

    Car par tes beaux yeux, guidée

    Je serais. 

    25/05/16

    Il y a ces jours où le soleil brille, où la vie me parait belle et vaut la peine d'être vécue, où je me sens heureuse et libre, où tout est parfait et puis, il y les autres jours. Les autres jours où la pluie règne sur le ciel et sur mon cœur, où je me sens triste, où le vent glace mon être que tu réchaufferas par ton regard. Quand je m'ennuis, il m'arrive parfois d'essayer de peindre dans ma conscience la pureté de tes iris et leur bleu si profond. Ce bleu, inaccessible et froid qui pourtant a tant d'éclats de vie et de joie, de glace. Quand je m'ennuis, tu m'accuses toujours de dessiner, d'arrêter d'être seule que tu me penses être, tu te moques. Je voudrais savoir ce qu'il se passe dans ta tête. Si je le pouvais, je t'assures que je comprendrais alors tes manières et ta façon d'être. Il n'y a jamais eu autant de fascination pour un autre que moi dans mon être. Tu me fascines, il est vrai. Il y a tes yeux, perturbateurs comme ton comportement, annonciateur de mauvais coups. Ce ton dédaigneux que tu emplois avec eux et celui que tu as avec tes amis... Celui que tu as avec moi. 
    Il y a ces jours où le soleil brille, où la vie me parait belle et vaut la peine d'être vécue, où je me sens heureuse et libre, où tout est parfait et puis, il y a les autres jours. Les autres jours où je pleurs, où j'hurle, où j'écris, où tu souris. 

    Pour information: Demain, dès l'aube est un poème magnifique poème de Victor Hugo dédié à sa fille décédée. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :