• 10/11/2015

    Le: 10 novembre, 2015.

    Lieu: Pensée.

     

    Je ressens un déchirement dans mes entrailles, c'est douloureux. Mes yeux me brûlent et les larmes montent. Je ne me sens pas bien, ce soir. Je ne vais pas bien, en ce moment, à cause de lui. Peut être ne lira--t-il donc jamais ces quelques mots mais, qu'importe. J'ai besoin de confier ma peine à quelqu'un, quelque chose. Je suis à deux doigts de pleurer en chanter Happy Endding de Mika, soit ma chanson préférée. La chanson que l'on aime le plus au monde devrait-elle nous faire pleurer à cause d'un garçon? Je ne pense pas, voilà une raison de plus qui peut me pousser à détester ce garçon. Je me sens si mal. A un fil de la joie mais, à un de la tristesse. Je suis tiraillé. Ne me posait pas la question, je n'y répondrais pas, au grand malheur de mon moi du futur qui lira le texte. (Oui, je relis mes propos textes, pas par narcissisme mais par un besoin de modifier les détails mals écrits.) 

    Bref, une question demeure dans ma tête: M'aime-t-il? 

    Aujourd'hui, je crains cette réponse autant que j'attends de sa par une action pour me prouver que oui. J'ai peur du rejet, de la solitude, du manque mais, d'une certaine façon n'est-ce dont pas ce que je vis déjà? L'ignorance est un fait malheureux. J'ai besoin de lire en ses yeux des promesses d'amours et de toujours autant que j'ai besoin d'y lire de la gentillesse et de l'amitié mais, ce soir, je ne vois rien de ça. Je vois le néant de l'indifférence. Ça fait mal. Je me suis déjà posé toutes les pires questions du monde à son sujet mais, s'il y en a une auauquel je ne peux repondre c'est bien celle sur ses sentiments.  Cessons les blagues, il suffit. Qu'on me dise ou non s'il m'aime, il est, je crois, trop tard pour faire taire mon amour. Mon amour maudit, mon amour de folie, mon amour tragique et sans retour. 

    Alors, s'il vous plait, je ne demande pas de réponse à mes questions, pas de commentaires particuliers... je veux seulement parler. Savoir si je suis la seule, savoir si c'est normal, savoir si je peux empêcher ce mal - être....

     

    Savoir qui il est pour moi.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Novembre 2015 à 13:31

    Oh, ma petite Drakessa... comme je te comprend, tant, tellement... Il n' a aucun remède... on redoute le futur car on ne sait jamais ce qu'il réserve, on se dira toujours que le passé est préférable, car la douleur est habituel comme ce même refrain que tu aimes tant chanté. Mais petite devrais-tu tout dire, au moins parce que si tu t'éprends de lui, c'est qu'il le mérite. Alors qu'il sache au moins ce que tu ressens, pour te soutenir même si l'amour n'est pas réciproque. D'accord, je peux parler sous mes grands airs, puisque maintenant tout cela ne me concerne plus. Mais, d'un emanière ou d'une autre, on est toujours passé par là. J'ai pleuré, comme tu pleure et comme tu vas pleurer d'ailleurs. J'ai pas envie d'être trop véridique, mais j'ai pas envie de te donner de faux espoirs, car en plus de toutes manières je ne vous connais as assez, et je ne suis pas médium. Mais moi je lui ai parlé, j'ai beaucoup pleurer, mais je n'y pense plus du tout maintenant, ou du moins avec un petit sourire du genre "Ah, ce moment là j'étais tellement innocente!" Oui. L'amour est un sentiment innocent. Donc n'ai pas peur de souffrir, car tu souffre pour une noble cause, soldat Drak'! OU du moins, essaye de sourire en te disant que c'était pas le bon! Tu es jeune, tu as tout le temps que tu veux pour parcourir tous les océans que tu veux pour trouver le bon!

    2
    Mercredi 11 Novembre 2015 à 18:56

    Oh, Laughing! Si joliment dit mais, si triste à la fois...

    Il n'y a donc aucun moyen d'échapper à cette douleur et à cette peur. Me déclarer me dis-tu? A quoi bon, je connais déjà ses sentiments. Il n'a jamais eu besoin de parler pour me faire comprendre des choses, j'ai toujours su lire dans ses yeux et là, le seul amour que je peux y apercevoir ne m'est pas destiné. C'est affreux de ne pas pouvoir être heureuse mais d'une certaine manière, le mal me permet d'écrire mieux. Ou du moins, c'en ai l'impression que j'ai. C'est horrible, non? De sentir un étau sur notre cœur, d'avoir envie de pleurer et d'hurler mais, en même temps, d'être heureuse car, il y a peut-être un espoir. Seulement pour moi, il n'y a plus d'espoir. J'aurai beau aimer comme une folle ce garçon, il n'aura aucun geste en retour. Dès le début, je le savais. J'étais au courant que son cœur n'était pas assez grand pour contenir de l'amour pour moi. L'espoir n'est qu'une illusion. Et, Aujourd'hui,  je ne veux plus pleurer. Je suis lasse de cette douleur, ancrée en moi jusqu'au plus profond de mon être. 
    Je ne pense pas être naïve et innocente, ce temps est révolu. Non, pour le moment, j'ai juste le sentiment d'être une épave mais, je ne suis pas l'épave d'une personne, non, je suis seule face à ma tristesse. Où est mon Jeremy Renner et mes Avengers?

    Parcourir les océans et trouver le beau? Drôle d'idée mais, peut-être que oui. Je partirais un jour sur Grand Line à la recherche des mugiwaras et trouverais chaussure à mon pied. Je suis une Cendrillon moderne! 

    3
    Mercredi 11 Novembre 2015 à 19:00

    Parfaitement bien dit!

      • Jeudi 12 Novembre 2015 à 17:35

        Tu le penses réellement? Enfin, qu'il y a une fin à tout ça? Parce qu'il est bien beau de se certifier que cela finira un jour mais, qui ne nous dis pas que cela recommencera? J'ai des doutes à ce sujet. 

        ( Au fait, t'as remarqué que y a que nous sur ekla pour écrire des commentaires aussi longs? XD)

    4
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 17:41

    (Très certainement! 8D)

     

    Je ne comprend pas bien ta réponse. Mais j'essaye de la prendre comme tu me l'as dis.

    Une fin à tout ça? Au fait que tu l'aimes? Très... très certainement. Tu sais, j'aime une personne, que je ne devrais normalement pas aimé. J'en ai parlé à mes parents, et ils m'avaient dit que pour une jeune fille de mon âge, ce n'était pas bien. De ce que j'en ai conclut, c'est qu'ils espèrent que j'aime un garçon, qu'on se quittent pour en parler avec mes parents, pouvoir...pouvoir grandir avec cette expérience. J'étais outrée car j'aime cette personne plus que tout, et c'est réciproque. Mais ce que j'essaye de te dire, c'est que tu es encore jeune, et que si l'amour n'est pas réciproque, si tu pleures ou que tu souffre, c'est parce que tu es encore une enfant. Tu traverse une épreuve difficile et comme tu l'as dis, ta douleur t'aide à écrire, à faire ressentir un sentiment plus fort que d'autres dans tes textes. Et bien ça, ça c'est ne expérience de tes amourettes. Il y aura une fin, bien entendu. Mais il y aura toujours un recommencement.

    5
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 18:12

    (^^)

    Une fin et un recommencement... Ma question n'était pourtant pas très bien compliquée mais, tu l'as compris. Une fille de ton âge, il serait amusant de découvrir ton âge rien que pour comparer nos passées. Les amourettes, les amours (véritables), les sentiments, rien ne part avec le temps. On gardera toujours des souvenirs du passé et l'on vivra toujours cela, jusqu'à la Fin de tout. Seulement, n'y-a-t-il donc aucun remède à cela? Tu m'as répondu très simplement que non. La vie était faite pour aimer. Aimons-alors mais, la douleur est-elle obligée? On ne peut y échapper pour la bonne raison que, la douleur et l'amour ne font qu'un. Que l'amour soit partager ou non, quand viendra la Fin, nous pleurons tous. C'est la loi des sentiments. 
    Je ne pense pas réellement qu'il y est un âge où il est mauvais d'aimer. L'amour apporte un sentiment nouveau et une aide à n'importe quel âge. Tout le monde en a besoin. On peut être enfant et aimer ses parents, ou bien aimer une autre personne de son age ou non. Pour moi, qu'importe l'âge, les sentiments sont importants, nous n'avons pas à les rejeter ou à les bannir. S'ils sont là, c'est pour une raison. Dans un sens, j'ai du mal à comprendre tes parents hors, ma propre mère m'a déjà tenu ces propos et une part de moi se dit: "Mais donc, à quoi sert l'amour si l'on ne peut pas aimer à tout âge?". 

    J'aimerais réellement oublier ce garçon qui me fait tourner la tête et qui brise chaque jour un peu plus, à chacun de ses sourires ou des ses rires, mon pauvre et frêle petit cœur. Aucun espoir. Aucune fin heureusement. Nous sommes obligés de vivre mais, pas ensemble. Si seulement il pouvait, par malheur, tomber sous mon charme, que se passerait-il? Serait-ce bien ou mal?

    Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point.

    6
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 18:22

    Hm... très personnellement, je me répète encore, mais. Ton cœur, oui, a ses raisons. Tu aimes un garçon qui ne t'aime pas. Dans ces petites moments là, je n'hésite pas à pleurer, pour ensuite en rire, sourire aussi haut que mes lèvres peuvent s'agrandir. Je suis pas seule dans ma tête, mais tous ses petites personnages qui m'accompagnent me sont de bien forts et grands amis. Je ris avec eux de ces gens qui aiment ou n'aiment pas. Je ris pour eux quand eux pleurent. Je ris de toi, car je me dirais que plus tard, quand tu auras tourné la page ou que tu seras sûr que ton objectif est atteint, je pourrais rire avec toi en me disant: "tu te rappelle là fois là, avec ce garçon! Tu étais si malheureuse, et nous nous répondions dans une langue qui dépasse celle des autres!" Je riais de ce petit détail qui, en ce moment même, me fais bien sourire, car j'aime bien m'exprimer ainsi. Je n'espère pas pour toi que vous soyez ou non ensemble, juste que tu ne souffre pas. Il est de ces destins qui ne se commandes pas. Il ne t'aime pas? Peut-être n'a t-il pas vu la perle rare que tu caches. Et s'il n'a pas les bonnes lunettes, c'est que ce n'était pas lui. Mais quelqu'un doit bien les avoir au fond de sa poche, qu'il ressort lorsqu'il en a besoin. Tu as bien toi aussi ces jolis lunettes. De jolis lunettes qui te permettront de voir d'autre personne qui existent elles aussi. Tu ne sais même pas si quelqu'un pleure pour toi! Moi, je rirais à son nez! Je e dirais à ce dernier: "Tient, Drakessa pleurait pour quelqu'un, alors que quelqu'un d'autre la pleurait elle!". Tu te dis que l'Amour fait mal, pour tout le monde, et là il n'y a pas d'âge, inévitable. Ne prends pas ton cas pour une généralité. Si tu souffres, c'est à cause de qui? De ce garçon. Tu aimes un garçon qui te fait souffrir, toi? Moi, personnellement, je préfère ma liberté et mon indépendance. Laura m'offre toutes ses choses. J'ai trouvé la bonne personne. Alors cherche cette même personne qui t'apportera à toi aussi des choses simples, mains importantes!

    7
    Jeudi 12 Novembre 2015 à 18:31

    Ton commentaire m'a fait doucement sourire et m'a même fait rire vers la fin. Des lunettes? Ironiquement, j'en ai déjà sur mon nez (elles sont violettes parce que... ben... je trouvais ça marrant x) ) et lui aussi! Comment? L'opticien s'est donc trompé de verre alors qu'il l'avait déjà fait deux fois au montage? XDD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :