• 08/10/2015

    Le: 08 octobre, 2015.

    Lieu: Collège. 

     

    Qu'on m'explique exactement son jeu car, j'y suis très mauvaise. Que me veut-il exactement? Je pourrais être tout ce qu'il veut, une amie, une sœur, une petite amie, une ennemie, une inconnue... mais, je ne veux pas être la fille avec qui il joue. Je ne suis pas le jouet avec qui il peut s'amuser et puis, après, le laisser quelques parts dans un coffre oublié. Non. Je ne veux pas être cela même si s'en est mon impression. Un sourire heureux, sûrement des pensés toutes aussi plaisantes pourtant, en lui, je n'ai l'impression de voir qu'un briseur de cœur. Il est certes d'une gentillesse infinie et adorable comme pas deux mais, qui ne me dis pas qu'il se moque de moi derrière tous ses sourires? J'ai déjà souffert en amour par la faute de crétins dans son genre, je sais reconnaître les signes révélateurs d'ironies et de mesquineries. Il ne l'ait a pas. Il reste tout de même mon ange noir. Mi purificateur, mi tueur d'âme. 

    L'amour fait parfois mal même si, en comparaison, tout les merveilleux sentiments qu'il peut procurer nous font vivre sur un léger et pâle nuage divin. Sauf que quand la douleur est présente, elle ne disparaît quasiment jamais. Alors, on souffre, on pleure, on gémit, on subit le coup du destin et on hait. Qui pourrais-je donc haïr? Mes amis? Lui? Mon cœur ou ma raison? De ses quatre-là, je choisirais ma raison car, c'est de sa faute si j'ai mal. Qui parmi ceux-là, m'a fait comprendre ma naïveté? Ma solitude? Seulement elle. Personne dans mon entourage aurait eu le courage de m'avouer en pleine poire qu'il ne me voit pas. Qu'il ne me regarde pas, qu'il cohabite. Pas qu'il m'aime, pas qu'il m'affectionne ou me déteste, non, rien de tout cela. Non... lui, Il ne fait que vivre sa fin en me laissant dans mon coin. Parfois, il sourira en me fixant avant de m'adresser quelconques paroles, futiles ou non, ou même, il pourra ignorer ma présence toute une journée. L'amour fait mal comme dit plus haut. Terriblement mal. 

     

    Pourquoi? Nul ne le sait réellement alors, mes amis, tombons amoureux. Même si je le suis déjà, je vous souhaite de vivre mon quotidien, il n'est peut-être pas joyeux, remplit de haut et de bas mais... L'amour donne des ailes, d'enfer oui... mais,

    "L'Enfer, c'est de ne plus Aimer.". Georges Bernanos


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :