• 05/10/2015

    05/10/2015

    Le: 05 octobre, 2015.

    Lieu: Collège.

     

    Qui a-t-il dans l'univers? Une poussière d'étoile.

    Qui a-t-il dans mes yeux? Les astres de l'univers qui chutent à une folle vitesse. 

    Submergée par l'eau qui dévale le long de mes joues, je ne fixe pas le ciel ce soir. Non, aujourd'hui que m'importe si le ciel est bleu ou si encore le soleil est présent là-haut. Je m'en moque, une seule chose compte, une petite pensée pour lui, j'écris cette chose qui compte tant à mes yeux. Ma détresse. Oui, renforçant cet amère sentiment qui ronge mon âme, il est mon inspiration. Quand je pleures, je ris, drôle d'idée? Je ne sais pas vraiment pourquoi, certain écrive par colère, par peur, moi, j'écris en nostalgie. La bonne humeur compte, oui, mais, lorsqu'il est loin de moi, seul le bruit du vent me permet de ressentir une certaine paix en moi. Dans ces moments-là, alors, j'écris. Quoi? Tout et n'importe quoi, même si avouons, la moitié du travail fini à la poubelle ou moisit dans un coin avant que je ne le contemple une dernière fois. Jeter? Garder? 

    Jeter: Faire disparaître la preuve et tenter d'oublier son existence. Fuir sa mélancolie en se forçant à prendre le maximum de bonne humeur présente dans l'air pour mieux effacer la tristesse. 

    Garder: Vivre avec tout en sachant que, un jour, la douleur réapparaîtra forcément. Garder, Avancer dans la vie. Mûrir, Grandir, Réfléchir. Progresser. 

     

    Aujourd'hui, mon cœur saigne alors, oui, peut-être que demain, il se déchira ou sera guéri, mais, aujourd'hui, il tient bon. A moitié entier, à moitié divisé en plusieurs parties. Vous vous demanderez peut-être ce qui me fait mal, je ne le dirais pas clairement. A quoi bon? La douleur est passagère, il faut vivre avec pour mieux vivre. Rester enfermé dans sa tristesse nous fait plonger et non remonter. J'ai déjà plongé, et, lorsqu'on coule, on souffre bien plus que quand on va vers le haut. Ironique?  Aujourd'hui, la raison m'a trahit. L'âge m'a mentit et la naïveté que j'avais a disparut. Pour combien de temps? Je ne sais pas. 

     

     

    Il ne me reste que peu de temps avant ce jour qui scellera à jamais son destin. Ce jour-là, il grandira et moi, je resterais derrière. Loin. Terriblement loin. J'ai mal en pensant à cela. Que se passera-t-il, après? Il vieillira tandis que moi, j'aurais mon bac. Il aura des enfants quand j'aurais mon master. Il mourra tandis que j'approcherais de la retraite. Oh! Oh! Oh! J'en souffre tellement. Il est si loin, en ce jour! Inaccessible.  

    Hey, baby, can I cry? Hey, baby, do you see me? 'Cause, today, I'm not happy. Today, You broke my heart and... and... where is the sky? I dont see he, I'm in the darkness. Save-me.... Please. I'm going down. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :