• 02/10/2015

    02/10/2015

    Le: 02 octobre, 2015.

    Lieu: Collège - Maison.

     

    Pendant des minutes, des heures, des jours, j'ai espéré. J'ai attendu avec toute ma patience, ce qui est vraiment peu, qu'il fasse le premier pas. Sans jamais le voir arriver, je me souviens avoir jeté les armes à terre. Pourquoi continuer à espérer une chose qui n'arrivera jamais? 

    "J'arrivais, toute sourire, dans son dos et l'enserrer de mes fins bras mates. Il se retournait en me fixant, surprit, avant de sourire." Une simple chose, pensais-je. Seulement, je n'avais jamais imaginer que la rentrée se passerait de cette manière. Dans le chaos total, je l'ai perçus de loin, j'ai tenté de lui parler avant de bloquer. Il n'allait pas bien. Il avait un problème. Que c'était passé durant ces vacances d'étés? Où était passé le garçon dont j'étais éperdument amoureuse? Nul part. Il ne restait que débris de son corps, et son âme? Je n'ai pas voulu m'aventurais dans les confins des ténèbres pour le savoir.

     

    On sait tous qu'un jour, tout s'arrêtera. Que tout à une fin. Pourtant, on vit au jour le jour sans penser au lendemain. A ses côtés, tout semble plus léger et plus facile, qu'arrivera-t-il demain? Il est blessé. Je suis triste. Il pleurs. Je gémis de douleur. Sa rage est ma colère, sa peine mon univers.  Centre d'une vie, d'un instant, d'un moment,le temps qui passe, à une vitesse trop rapide, et un piège mortel. Mi amor, canta per me

     

    Des semaines, des jours, des heures, des minutes, se sont écoulés depuis ce jour où je n'ai pu lui parler. Seulement, j'ai de la chance. Après des jours de serrement de cœur, il est venu. L'utilisation du verbe "revenir" inciterait à vous faire comprendre qu'il vient toujours or, mon bel oiseau est libre de ses mouvements. Il est venu. Revenu? Deux trois phrases échangés ont suffit à combler mon âme, deux trois sourires à faire baigner mon être dans une béatitude immense, deux trois insultes et l'obscurité reprend. Mi amor, canta per me.... sono cosi sola. Un ange aux plumes noires. 
    Pourtant, après une lutte acharnée, j'ai réussi. J'ai eu deux câlins en l'espace d'une heure. Toute sourire, je raconte ça. Les inconnus diront: "What?", mes amis riront et me féliciteront. Pourquoi? Parce que je suis une ombre. Un être fantomatique translucide qui jette sa dévolution sur vous, le temps d'une valse, avant de repartir dans la brume. 

     

    Dans ce bas monde, il y a deux personnes que j'affectionne le plus au monde hormis ma famille et ma meilleure amie: Lui et mon grand-frère. Lequel est lequel sachant que je considère ces deux garçons comme membre de ma famille? Vous ne le saurez pas. 

     

    R. & K. , Drakessa vous salut. 

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Octobre 2015 à 19:22

    C'est un très beau texte, un peu triste, mais beau. Enfin c'est toi quoi ^^

      • Lundi 5 Octobre 2015 à 18:54

        Moi? Mais qu'est-ce que c'est "Toi quoi"?, ça se mange? *affamée*

        En tout cas, merci beaucoup, eni-chan! #Levieuxsurnom Serais-tu en train de dire que je suis une personne triste ou simplement mélancolique? Je te signale que j'allais bien ce midi avant que tu me foutes le bourdon! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :